Et non, le Blue Monday n’a rien à voir avec le burn-out ou la dépression

Publié le: 12 janvier 2018

Aujourd'hui, c'est le Blue Monday, « le jour le plus déprimant de l'année ». Ainsi en a décidé un psychologue britannique en 2005. Il a imaginé un « savant calcul » pour déterminer précisément à quelle date ce jour tombe dans l'année. Mais finalement, peu de gens le ressentent comme tel. Certes, nous sommes quelques-uns à manquer singulièrement d'énergie au cours de cette période de l'année. Mais ce (petit) coup de mou ne va pas vous conduire immanquablement vers le burn-out ou la dépression. Notre expert en la matière vous propose ainsi quelques conseils pour traverser en forme ces journées encore sombres.

COUP DE PUB

Le « lundi bleu » est né des cogitations du psychologue britannique Cliff Arnall qui, en 2005, a sorti une formule scientifique pour calculer la date du jour le plus déprimant de l'année. Le résultat ? Le troisième lundi de janvier. Il fait encore froid et sombre, les bonnes résolutions ont toutes échoué, le premier salaire de l'année n'a pas encore été versé et les vacances sont encore très loin. Bref : le jour le plus déprimant de l'année. Cliff Arnall a peut-être broyé du noir aussi à l'écoute des critiques de ses confrères scientifiques. Outre la banalité de la formule, ils lui reprochent d'avoir été payé par Sky Travel pour déterminer de manière scientifique un jour de l'année qui serait qualifié de « Blue Monday ». La chaîne de télévision pouvait ainsi promouvoir plus facilement un week-end d'escapade.

UN COUP AU MORAL NE SIGNIFIE PAS BURN-OUT OU DÉPRESSION

Si, effectivement, vous ne vous sentez pas au top de votre forme le « Blue Monday », vous ne souffrez pas pour autant d'un burn-out, et encore moins de dépression. Beaucoup de gens associent les deux. Or, par définition, la dépression et le burn-out sont des affections différentes. Notre coach en stress, Mathieu Lourenco, l'explique clairement : « Les gens souffrant d'un burn-out veulent faire des choses ou travailler mais manquent d'énergie : ils sont donc moins performants ou n'y arrivent pas tout simplement. »

« Autrement dit, le burn-out est un trouble de l'énergie. En revanche, une dépression est un trouble de l'humeur. Le déficit de volonté et de motivation est profondément enraciné. » Pourquoi de nombreuses personnes les confondent-elles ? « Ils observent des symptômes similaires mais en concluent trop rapidement qu'il s'agit de troubles psychiques ou de la personnalité. En outre, le burn-out est une problématique plutôt récente. Les deux affections doivent être traitées différemment. Un burn-out peut déboucher sur une dépression mais pas nécessairement s'il est traité par la bonne personne dans un cadre approprié. »

SOYEZ ACTIF ET MANGEZ CE QUE L'HIVER PROPOSE

Si le « Blue Monday » est une invention marketing, certaines personnes constatent cependant une baisse de leur niveau d'énergie au cours de cette période sombre. Et même s'il n'est pas question de burn-out ou de dépression, ce manque de luminosité peut peser sur le moral. Le remède est très facile, estime Mathieu : « Vous sentez que vous traversez un moment plus difficile ? Faites plus de sport, sortez au grand air et profitez des bienfaits d'une promenade. Variez votre alimentation en choisissant les bons produits de saison, entretenez vos contacts sociaux ou lancez-vous dans une activité créative. L'hiver est aussi beau et passionnant que toutes les autres saisons. »

Actuele blog artikelen

Plus de blogs